Réussir sa classe préparatoire

2264

L’admission en classe préparatoire se fait souvent parce qu’on a été “très bon” élève dans le secondaire. Sans trop forcer, les résultats étaient là. Ils étaient souvent excellents. Admis en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE), il s’agit de faire table rase des années lycée et de revoir sa façon d’aborder le travail personnel.

Un niveau d’exigence plus important

La masse de travail en classe préparatoire n’est en rien comparable à celle du secondaire : elle augmente dans les matières principales que sont les mathématiques et la physique pour les MPSI et PCSI, par exemple. Les langues, la philosophie et l’histoire, pour les classes préparatoires littéraires (Hypokhâgne et Khâgne), occupent une large place dans l’enseignement. La raison ? Il y a une spécialisation dans les matières visant à préparer aux concours d’entrée aux grandes écoles. Pour preuve, un élève de classe préparatoire voit plus de théorèmes et de propositions en mathématiques en une semaine de cours en MPSI ou encore de cours en prépa ECS ou prépa ECE, qu’en un mois en terminale S !

L’enseignement en CPGE vise au dépassement du cours. Il ne s’agit plus, comme dans le secondaire, d’appliquer des théorèmes ou des formules, mais d’aller plus loin, ou naviguer en totale autonomie : il faut construire son raisonnement. L’élève en MPSI, en Hypokhâgne ou en prépa HEC doit être capable de construire et déconstruire une hypothèse, la renforcer, établir un lien entre cette dernière et les éléments du cours. En un mot, il doit pouvoir tracer seul le chemin permettant de résoudre un exercice.

Ce qu’il faut faire

Il faut, en classe préparatoire, garder à l’esprit que le temps est une denrée rare. De trop nombreux élèves passent souvent 3 heures sur un cours, tentant de comprendre ligne par ligne le raisonnement d’une démonstration. Or, il serait préférable de refaire la démonstration soi-même, sur une durée limitée. Il faut s’accorder le temps d’étudier les autres matières. Notons qu’après une heure, voire une heure et demie, la concentration diminue. Pour rester efficace, il serait préférable de travailler tous les soirs 1h30, chaque matière. Plus encore, il est impératif de ne pas rester passif à la lecture de son cours. Il faut une feuille et un stylo, défaire et refaire. On n’apprend pas à cuisiner uniquement en regardant faire les grands chefs. Il faut mettre la main à la pâte…

En bref

Travailler par tranche d’1 heure environ

Refaire les démonstrations de cours pendant 5 minutes environ

Ne jamais revoir son cours sans enchaîner par 30 minutes d’exercices

Essayez d’être attentif en classe (ce sera du travail en moins chez vous)

Faire obligatoirement du sport pendant la semaine

Se coucher tôt (22h30 maximum)

Si chacun a son “truc”, ces quelques suggestions pourront soit vous conforter ou, au contraire, vous conduire à revoir votre méthode. Les cours particuliers à domicile peuvent, dans certains cas, permettre d’avoir des conseils sur mesure.

Top