Classement prépa BCPST

Le classement des prépa est un sujet complexe et sensible qui fait l’objet de débats récurrents. La qualité de la formation et des enseignements dispensés est une question centrale. Les critères pris en compte pour établir le classement des prepa sont nombreux et variés, l’ensemble formant un système complexe et dynamique. Les systèmes de classement peuvent être fondés sur des critères externes à la prépa ou internes à prépa. Les critères externes comprennent les résultats scolaires obtenus par les étudiants dans les examens nationaux ou dans des compétitions académiques.

Les critères internes incluent quant à eux :

  • Les taux de réussite et de diplomation
  • La satisfaction des étudiants de prépa
  • Le niveau d’excellence atteint par le corps professoral
  • Les mesures prises par l’institution pour encourager l’innovation et la recherche

Les données recueillies sont ensuite analysées et comparées entre elles afin d’établir le classement final. Le nombre et la complexité des critères varient selon le type de prépa considérée, ainsi que selon le pays où elle est située.

Dans certains cas, les résultats obtenus par les étudiants de CPGE à des tests standardisés jouent un rôle important ; dans d’autres, c’est le niveau d’engagement social ou l’implication citoyenne qui sont mis en avant. La mise en place de systèmes de notation cohérents et objectifs permet aux prépa de mesurer leurs performances et de s’améliorer constamment. Cela favorise également un environnement concurrentiel sain qui incite les établissements à se surpasser afin d’atteindre des niveaux plus élevés de qualité.

L’adoption par les autorités compétentes de normes strictes et transparentes permettra aux institutions scolaires d’agir avec assurance et confiance pour atteindre cet objectif ambitieux. Le classement des prépa est une question très importante, car il influence non seulement la perception publique des différents établissements scolaires, mais aussi directement leur succès futur.

Ainsi, il est essentiel que les critères retenus soient pertinents, objectifs et justes afin que les institutions puissent bénéficier pleinement des avantages qu’offre un système de notation solide et cohérent. Les systèmes de notation peuvent aider à améliorer la qualité des services fournis par les différents organismes scolaires en offrant aux parents un moyen simple et rapide pour comparer différents types d’enseignement.

Enfin, cela permet aux autorités chargées de définir les politiques éducatives nationales et locales d’avoir un point de vue global sur l’efficacité du système scolaire général pour prendre les mesures appropriées pour améliorer constamment sa qualité globale.

EtablissementsRang 201420142013201220112010Moyenne des 5 ans
Henri-IV
Paris (75)
180,0%
(32/40)
41,9%
(18/43)
44,7%
(21/47)
46,2%
(18/39)
65,0%
(26/40)
55,0%
Sainte-Geneviève
Versailles (78)
267,4%
(29/43)
52,4%
(22/42)
53,5%
(23/43)
59,1%
(26/44)
67,4%
(29/43)
60,0%
Saint-Louis
Paris (75)
340,3%
(52/129)
34,6%
(47/136)
38,9%
(49/126)
39,0%
(53/136)
32,1%
(43/134)
36,9%
Joffre
Montpellier (34)
435,1%
(13/37)
14,8%
(4/27)
12,9%
(4/31)
8,1%
(3/37)
14,3%
(4/28)
17,5%
Jean-Rostand
Strasbourg (67)
531,1%
(14/45)
4,8%
(2/42)
4,8%
(2/42)
6,1%
(2/33)
7,9%
(3/38)
11,5%
Le Parc
Lyon (69)
628,4%
(40/141)
17,5%
(24/137)
15,7%
(22/140)
14,8%
(19/128)
11,9%
(15/126)
17,9%
Janson-de-Sailly
Paris (75)
723,3%
(20/86)
23,6%
(21/89)
27,0%
(24/89)
20,5%
(18/88)
31,8%
(28/88)
25,2%
Hoche
Versailles (78)
822,8%
(21/92)
30,3%
(27/89)
29,8%
(28/94)
24,5%
(23/94)
19,3%
(16/83)
25,4%
Clemenceau
Nantes (44)
920,0%
(17/85)
18,1%
(15/83)
13,6%
(11/81)
8,0%
(7/88)
12,6%
(12/95)
14,4%
Pierre-de-Fermat
Toulouse (31)
1019,0%
(16/84)
22,8%
(21/92)
9,7%
(9/93)
13,8%
(12/87)
17,6%
(16/91)
16,6%
Jean-Baptiste-Say
Paris (75)
1118,8%
(6/32)
10,3%
(4/39)
8,3%
(4/48)
7,0%
(3/43)
18,9%
(7/37)
12,1%
Champollion
Grenoble (38)
1218,7%
(14/75)
8,3%
(7/84)
7,2%
(6/83)
5,8%
(5/86)
5,8%
(5/86)
8,9%
Fénelon
Paris (75)
1317,0%
(8/47)
10,0%
(4/40)
13,2%
(5/38)
18,2%
(8/44)
11,9%
(5/42)
14,2%
Blaise-Pascal
Clermont-Ferrand (63)
1414,9%
(7/47)
9,1%
(4/44)
13,5%
(5/37)
11,1%
(5/45)
4,3%
(2/46)
10,5%
Chateaubriand
Rennes (35)
1510,4%
(14/135)
8,6%
(13/151)
9,7%
(13/134)
10,6%
(14/132)
8,8%
(10/114)
9,6%
Enfants nantais
Nantes (44)
1610,3%
(3/29)
2,9%
(1/35)
4,9%
(2/41)
0,0%
(0/35)
2,6%
(1/39)
3,9%
Corneille
Rouen (76)
179,8%
(4/41)
4,5%
(2/44)
4,3%
(2/46)
13,7%
(7/51)
13,0%
(7/54)
9,3%
Thiers
Marseille (13)
188,9%
(11/123)
2,9%
(4/139)
7,3%
(9/123)
12,6%
(15/119)
11,5%
(15/131)
8,5%
Montaigne
Bordeaux (33)
198,0%
(7/88)
9,5%
(9/95)
4,1%
(3/73)
7,3%
(6/82)
8,3%
(7/84)
7,6%
Carnot
Dijon (21)
207,3%
(3/41)
2,1%
(1/48)
9,5%
(4/42)
10,0%
(4/40)
7,9%
(3/38)
7,2%
Pothier
Orléans (45)
207,3%
(3/41)
4,2%
(2/48)
4,3%
(2/46)
6,7%
(3/45)
5,4%
(2/37)
5,5%
Roland-Garros
Le Tampon (974)
226,9%
(2/29)
3,4%
(1/29)
2,9%
(1/35)
2,7%
(1/37)
4,2%
(1/24)
3,9%
François-Ier
Fontainebleau (77)
236,8%
(3/44)
7,3%
(3/41)
7,0%
(3/43)
4,7%
(2/43)
0,0%
(0/35)
5,3%
Victor-Hugo
Besançon (25)
246,8%
(3/44)
4,9%
(2/41)
4,5%
(2/44)
4,5%
(2/44)
0,0%
(0/33)
4,4%
Malherbe
Caen (14)
256,7%
(6/89)
7,7%
(6/78)
7,1%
(5/70)
5,0%
(4/80)
5,3%
(5/94)
6,3%
Descartes
Tours (37)
266,5%
(3/46)
8,3%
(4/48)
6,7%
(3/45)
14,6%
(7/48)
8,3%
(4/48)
8,9%
Clemenceau
Reims (51)
276,4%
(3/47)
0,0%
(0/42)
0,0%
(0/48)
2,6%
(1/39)
4,8%
(2/42)
2,8%
Claude-Fauriel
Saint-Etienne (42)
285,0%
(2/40)
5,1%
(2/39)
7,7%
(3/39)
5,3%
(2/38)
9,5%
(4/42)
6,6%
Georges-de-La-Tour
Metz (57)
294,8%
(2/42)
2,5%
(1/40)
9,1%
(3/33)
0,0%
(0/38)
5,7%
(2/35)
4,3%
Marcelin-Berthelot
Saint-Maur-des-Fossés (94)
304,7%
(6/128)
4,9%
(6/122)
9,5%
(11/116)
8,3%
(9/109)
8,0%
(11/138)
7,0%

À retrouver sur notre site :