Comprendre les difficultés d’apprentissage à l’école primaire

Conseils de Léa

L’autonomie, comme préalable à la réussite scolaire

En règle générale, la difficulté scolaire à l’école maternelle ou à l’école primaire n’a rien à voir avec les capacités intellectuelles ou scolaires d’un enfant. Les enfants sont tous intelligents. Ils ne l’expriment pas toujours à l’école.
Cette intelligence est gênée, bridée, retenue.
La difficulté scolaire s’enracine dans des blocages, des difficultés psychologiques… Elle n’a souvent rien à voir avec l’apprentissage, avec l’école.
C’est sans doute la raison pour laquelle l’échec scolaire est si difficile à combattre.

Face à l’échec scolaire, l’école ne peut rien sans l’aide de la psychologie

L’école est souvent le lieu où la difficulté personnelle, psychologique de l’enfant s’exprime. La difficulté scolaire est souvent l’expression d’une souffrance personnelle. Comprenons cette difficulté scolaire avant de la traiter par du soutien ou des cours particuliers. J’ai souvent observé que la difficulté scolaire était un moyen que l’enfant utilise pour nous dire sa souffrance, son désarroi, parce qu’il souffre de ne pas être autonome, parce qu’il souffre d’une difficulté sociale, orthophonique, psychomotrice, visuelle, auditive, affective… C’est souvent parce qu’il souffre que l’enfant a du mal à apprendre, à écrire, à lire, à compter.

Essayons de comprendre les racines de cette souffrance.
La difficulté scolaire en est l’expression.

En CP, un enfant autonome s’autorise à apprendre à lire seul, sans l’accord implicite de son papa, de sa maman.

L’enfant autonome se sent grand ; il est grand. Il aura confiance en ses propres capacités, il aura confiance en lui.

À l’école, la confiance en soi est fondamentale pour la réussite scolaire.
Un enfant qui a confiance en lui ne doute pas de son intelligence, de ses qualités. Il sait que l’on apprend en faisant des erreurs, que l’erreur ne remet pas en cause ses qualités, qu’il va y arriver…

L’enfant autonome réussit à l’école

Un enfant autonome s’autorise à faire ses devoirs seul, en rentrant de l’école, à l’étude. Cela ne veut pas dire qu’il n’a pas besoin de ses parents. Il aura besoin d’eux pour les vérifier. Ceux-ci pourront l’aider à faire une dictée, mais l’enfant autonome pourra la préparer seul.

L’enfant autonome sait nouer ses lacets. Ses parents lui montreront comment faire. Ils ne se contenteront pas de le faire à sa place, ils lui apprendront l’autonomie en lui expliquant comment se débrouiller seul.

Faisons-lui confiance, apprenons-lui l’autonomie, sa scolarité n’en sera que facilitée.

L’autonomie est presque une compétence fondamentale nécessaire aux apprentissages profonds. Un préalable à la réussite scolaire.

Le Petit Robert la définit ainsi :
« Droit de se gouverner par ses propres lois. »
« Droit pour l’individu de déterminer librement les règles auxquelles il se soumet. »
« Liberté, indépendance matérielle ou intellectuelle. »

Un enfant autonome est volontaire. La volonté et la motivation sont les clefs de voûte de toutes les réussites, et donc de la réussite scolaire.

« Il faut être un parent moyen. Pas trop mais pas trop peu. Finalement, les parents qui valent 12/20 sont des parents géniaux. » Marcel Rufo

Soyons un parent attentif aux souffrances de son enfant, moyen, aimant, bienveillant, qui éduque son enfant à l’autonomie.

Netcole a intégré cette pensée dans sa base de données.

Netcole est un site de soutien scolaire en ligne qui a été pensé pour développer l’autonomie des élèves de l’école primaire. Chaque élève peut se connecter de manière autonome avec son identifiant et son mot de passe.

Les difficultés que rencontrent certains élèves y trouvent des domaines spécifiques d’apprentissage. Netcole propose ainsi des domaines différenciés pour les élèves souffrant de difficultés DYS : Dyspraxie, Dyslexie, Dysgraphie. Le domaine Français est enrichi d’un sous-domaine « orthophonie ».

Pascal Dumas

LOGO

Laisser un commentaire

Top